Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Association Doëlan-Clohars-Environnement
  • : Protection et valorisation des sites, sentiers, chemins, faune et flore, eaux et mer, patrimoine et cadre de vie à Clohars-Carnoët (29360) contact : asso.dce@gmail.com
  • Contact

Vie de l'association

En cliquant sur les mots et années soulignés ci-dessous vous accédez aux documents :   

> Statuts votés le 28 octobre 2010 (sur le site de l'association) cliquer sur : link

Journal annuel de "DCE" des années :  2000 - 2001 - 2002 - 2003 - 2004 - 2005 -

2006 - 2007 - 2008  - 2009 -  2010  - 2011 -   2012  - 2013

Recherche

Pages

26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 14:30

Coup de colère de notre présidente Danièle Dupuy, depuis toujours vigilante sur le sujet des sentiers et autres chemins creux de la commune, repétant à qui veut l'entendre qu'il faut les préserver, comme partout en Bretagne, richesse du paysage, protection de la nature et intéret touristique d'aujourd'hui et de demain.

 

Lire son papier aux adhérents sur plusieurs chemins menacés à Doëlan, dont une portion du GR 34, et la lettre qu'elle vient d'adresser, au nom de DCE, au Préfet du Finistère.

 

1. Lettre aux adhérents 

 

Chers adhérents, chers amis de Doelan,

 

Faisant suite à notre A.G. du 9 Août, parce que l’un de nos adhérents nous a apporté depuis des informations nous permettant d’y voir plus clair sur l’un des sujets qui nous préoccupent, à savoir, la préservation des sentiers, qu’ils soient de randonnée ou chemins creux protégés sur la commune depuis 40 ans, nous avons souhaité faire le point .

DCE redit toute son inquiétude concernant 2 chemins creux, celui de l’Impasse des matelots que la mairie s’est engagée à remettre en l’état ( reconstruction du talus démoli, à l’identique, et plantation de chênes et châtaigniers abattus pour laisser passer des engins de construction) sans toutefois nous préciser de délais.

(relire à ce sujet l'article publié sur notre site le 14 décembre 2016 dans la rubrique « environnement, littoral de Bretagne », intitulé « Massacre à la tronçonneuse »)

Quant au chemin reliant la Chapelle à la fontaine de Kerdoalen , emprunté, avec l’aval de la mairie ?, par une voiture, DCE s’est engagé à rencontrer les propriétaires pour qu’une solution amiable soit trouvée, la mairie nous ayant précisé avoir échoué dans ses tentatives d’accord.

A propos de ces 2 chemins, faut-il redire que l’abattage des arbres, que nous soyons en AVAP ou pas est strictement interdit par la loi, ce que semblent ignorer nombre de particuliers et professionnels (agences immobilières notamment) ?

Autre sujet de préoccupation, le sentier de l’anse de Stervinou, qui s’est effondré en février dernier, depuis nos rencontres avec la mairie s’étaient terminées par le refus de celle-ci d’entreprendre des travaux, jusqu’au mois de mai dernier où Monsieur le Maire nous a adressé un courrier disant : « je vais faire procéder à une étude technique et financière afin de déterminer si la partie effondrée peut être réparée et dans quelles conditions » . De son côté DCE qui, depuis février dernier, a contacté les affaires maritimes, la communauté de communes, Monsieur le député, la Préfecture, continue à chercher des appuis pour que soit remis en l’état ce sentier de randonnée GR34, véritable enjeu économique pour la commune, puisque dorénavant on vient à Doelan, et de plus en plus, pour lui : «  le plus beau sentier de France » comme le titrait la presse il ya peu de temps.

(relire à ce sujet l'article publié sur notre site le 28 février 2018, intitulé « Sentier côtier : affaissement à l'anse de Stervinou»)

Continuons donc à être vigilants, nous avons hérité d’un beau pays qui bien sûr suscite des convoitises , notre action ne doit donc pas faiblir.

 

Danièle Dupuy, présidente de DCE

 

2. Lettre au Préfet du Finistère du 14 août 2018

 

Monsieur le Préfet,

 

Nous sollicitons de votre bienveillance des éclaircissements sur la législation des sentiers côtiers du Finistère.

Nous sommes confrontés en effet à une situation que nous jugeons critique voire inquiétante pour la sécurité des personnes.

Une portion du Sentier Côtier, par ailleurs itinéraire du GR34 le long de la ria dans le port de Doëlan (anse de Stervinou) s'est éboulée au mois de février dernier.

Nous avons immédiatement pris contact avec la commune responsable de l'entretien des dits sentiers qui nous a répondu qu'elle ne procéderait pas à la réparation. Une déviation du GR34 impraticable pour nombre de personnes a été mise en place dans l'urgence par les Affaires Maritimes faute de moyens financiers pour procéder à la réfection.

Depuis la situation a quelque peu évolué puisque la Commune nous a indiqué qu'une étude devrait être réalisée pour évaluer le coût de cette réfection.

Par la présente, nous souhaitons donc savoir, à qui incombe la charge de conserver et remettre en état les sentiers côtiers ? Quelle instance supporte la responsabilité en cas d'accident ?

En insistant sur la gravité et la dangerosité de la situation, nous vous remercions de l'attention que vous porterez à notre requête, et nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, en l'assurance de nos sentiments respectueux.

 

Danièle Dupuy, présidente de DCE

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2018 6 25 /08 /août /2018 08:27
Un commentaire d'Isabelle Michaud sur le dernier ouvrage de Benoîte Groult  : Journal d'Irlande

Benoîte Groult Journal d'Irlande

Notre magnifique port de pêche de Doëlan a accueilli tous les ans pendant près de 40 ans l'écrivaine Benoîte Groult et son mari Paul Guimard. Ils avaient élu domicile rive droite dans cette maison au bord de l'eau sans doute la plus photographiée par tous les passants arrivant dans le port, où ils aimaient le calme, l'air breton et surtout la vue si belle.

Pourtant une passion les animait et chaque été ils partaient en Irlande où en 1979, ils avaient construit une petite maison au bord de l'eau, dans une baie abritée, avec leur bateau en bas du terrain .

Benoîte débute alors un Journal où elle relate les aventures de ces étés-là consacrés essentiellement à la pêche. Cette passion est une véritable rage qui la dévore tous les matins, malgré une météo très changeante, difficile et parfois dangereuse. C'est elle le vrai marin qui ne songe tous les jours qu'à aller relever ses casiers, ou partir pour une pêche à pied. La nature le lui rend bien et ils dégustent tout l'été, bouquets, crevettes, pétoncles, bigorneaux, palourdes, mais aussi force homards. Ils reçoivent amis, politiques, écrivains dans leur modeste maison et bien sûr les filles qui doivent se plier aux règles de la pêche. Les étés se déroulent aussi avec quelques aménagements de couple particuliers et intimes qui nous font retrouver l'écrivaine féministe mais aussi fleur bleue, la femme libre mais aussi lucide, qui souffre et jouit à la fois de ces instants de vie si sauvages et tellement riches.

Ce journal est une leçon d'un certain courage insoupçonné d'une femme écrivain, parisienne, reconnue, dont nous connaissions déjà l'amour pour la mer, mais qui nous démontre là pendant 37 ans que les embruns, les coups de vent, l'humidité, le « drizzle » et le froid ne détrônent pas cette passion pour la pêche.

Voici une façon de faire connaissance avec le côté sauvage de Benoîte Groult si on n'a pas lu ses essais féministes , ses écrits communs avec sa sœur Flora ou ses derniers ouvrages évoquant la vieillesse. Il y a finalement dans ce « Journal d'Irlande » un peu de tout cela. Puis elle aimait retrouver ensuite la douceur de Doëlan.

« Doëlan, c'est mon cœur et l'Irlande, mon rêve. »

 

Isabelle Michaud

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 20:47

Depuis quelques semaines les promeneurs nombreux sur notre sentier côtier (malgré le froid piquant) ont pu s’apercevoir que le franchissement de la portion du sentier située Rive-Droite en contre-bas de de la terrasse du restaurant Les trois Mâts n'était plus praticable !

Affaissement, glissement de terrain, passage dangereux et désormais interdit. Les conditions météo de cet hiver y sont sûrement pour quelque chose.

Regrettable, ennuyeux même, quand on sait combien nous tenons tous, Doëlanais et Cloharsiens, à la continuité de ce sentier qui fait le tour de notre magnifique littoral !

Que va t'il se passer ? Qui va intervenir pour remettre le sentier en état, à qui la responsabilité de faire les travaux nécessaires ?

Pour le moment ce n'est pas clair, en tous cas pour la majorité d'entre nous. Ce qui est sûr c'est qu'il va falloir faire quelque chose, et vite ! car le printemps arrive, avec ses nouveaux et nombreux promeneurs. Il serait dommage de faire contourner cette portion de l'anse de Sterviniou par la rue, puis de faire redescendre les promeneurs par les escaliers.

DCE demande à la Municipalité de clarifier les responsabilités et de dire comment elle voit les choses.

Après tout le sentier est un bien commun et la commune ne peut pas s'en désintéresser.

Merci d'avance

 

DCE

(photos Denise Le Moigne)(photos Denise Le Moigne)
(photos Denise Le Moigne)

(photos Denise Le Moigne)

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 16:48

Suite à la publication de notre article hier « massacre à la tronçonneuse » concernant l'impasse du matelot à Doêlan, nous apprenons que la Mairie vient d'adresser à DCE une lettre en réponse aux questions posées, et apportant des explications. Donc acte !

 

Nous vous informerons très vite des éléments de réponse de la Municipalité et de la suite qui sera donnée pour la remise en état de ce chemin.

 

DCE webmaster

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 23:08
Photos DCE : talus détruit et arbres coupés
Photos DCE : talus détruit et arbres coupés
Photos DCE : talus détruit et arbres coupés
Photos DCE : talus détruit et arbres coupés
Photos DCE : talus détruit et arbres coupés

Photos DCE : talus détruit et arbres coupés

DCE s'interroge sur ce qui vient de se passer "Impasse des matelots, Rive Droite", d'abord l'abattage de chênes et châtaigniers centenaires juchés sur un superbe talus qui lui aussi vient d'être mis à terre. Nous interrogions l'adjoint à l'urbanisme par un mail en date du 2 décembre, jusqu'à ce jour resté sans réponse,comme toutes nos tentatives d'obtenir des informations sur le sujet, quelles soient de vive voix ou téléphoniques. Nous joignons quelques photos qui, mieux que n'importe quel discours, vous montrent l'étendue des dégâts.

Nous persévérons dans notre questionnement à la municipalité.

Merci d'alerter vous proches et de questionner les autorités sur cette découverte fortuite, et cependant extrêmement inquiétante pour notre futur environnement.

Après la "Pierre à vache" sciée et déplacée, (voir nos articles précédents) une autre dégradation qui dérange nos concitoyens doëlanais et autres.

 

DCE

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 13:56

Nous publions un article récent de PDM concernant les problèmes que rencontre la culture des algues en Bretagne. 

Cela nous rappelle les mésaventures d'Algolesko et de son projet d'algoculture extensive au large de nos cotes !

DCE 

Webmaster

(cliquer sur le lien pour la suite de l'article)

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 14:12
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 08:43

Notre histoire relatée ici sur le blog le 28 juillet 2016 a ému certains d'entre vous, et il est maintenant question de demander à la Municipalité via ses services, de remettre en état cette pierre traditionnelle.

Comment ?

En la replaçant à sa place et en tentant de la sceller à nouveau ?

En créant une sorte de dérivation dans le sentier côtier à cet endroit, afin de permettre à certains le franchissement de cet obstacle historique sans encombre ?

A suivre dans les prochaines semaines....

DCE

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 22:40

A DCE on s'est posé la question, tant a été grand l’étonnement quand nous avons vu les premières photos le mois dernier de cette pierre descellée et partiellement sciée, reposant sur le coté du sentier.

Cette pierre en travers du chemin « pierre à vache » disaient certains anciens, empêchait la libre circulation des animaux sur un sentier ou dans un enclos ?, à la manière de « l'échalier » des célèbres enclos paroissiaux bretons, qui empêchait aussi la divagation des animaux dans l'enclos sacré, mais que les hommes pouvaient et devaient franchir pour y pénétrer.

« Cette pierre était également une sorte de droit de passage, ressemblant à un rite initiatique et représentait un symbole temporaire d'égalité, riches et pauvres devant enjamber ce muret de la même manière » (wikipédia)

Ce symbole ancien est il aujourd'hui foulé au pied, pour satisfaire au confort ?

On peut certes le justifier par notre principe de facilité, notre environnement devant être adapté à la randonnée de masse, sans risque et sans effort. On peut aussi le regretter, si cet obstacle symbolise le franchissement d'une difficulté, que certains auront plus de mal que d'autres à franchir, de même que pour tout autre obstacle dans la vie !

Certains diront aussi : quel intérêt ce gros caillou ?

DCE

"Pierre à Vache" sentier côtier Doëlan RD : Vandalisme ou aménagement de voirie ?
"Pierre à Vache" sentier côtier Doëlan RD : Vandalisme ou aménagement de voirie ?
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 22:18

Bonne année 2016 !

Elle commence bien cette année, avec du vent et des vagues !

Rien d'anormal me direz vous, sauf pour les balises de nos pieds niquelés, qui continuent de plus belle à divaguer.

On les ramène et elles repartent... Décidément ces balises n'aiment pas ce parc !

Pourquoi ne pas arrêter de jouer en 2016, ce serait une bonne résolution.

Parlons en au Préfet, encore et encore...

DCE

(ouvrir le lien ci-dessous pour l'image)

Partager cet article
Repost0