Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Association Doëlan-Clohars-Environnement
  • : Protection et valorisation des sites, sentiers, chemins, faune et flore, eaux et mer, patrimoine et cadre de vie à Clohars-Carnoët (29360) contact : asso.dce@gmail.com
  • Contact

Vie de l'association

En cliquant sur les mots et années soulignés ci-dessous vous accédez aux documents :   

> Statuts votés le 28 octobre 2010 (sur le site de l'association) cliquer sur : link

Journal annuel de "DCE" des années :  2000 - 2001 - 2002 - 2003 - 2004 - 2005 -

2006 - 2007 - 2008  - 2009 -  2010  - 2011 -   2012  - 2013

Recherche

Pages

11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 08:38

Chers adhérents, 

Dans le cadre des élections municipales, dont le premier tour se tiendra ce dimanche 15 mars, nous avons envoyé aux candidats à la mairie de Clohars un questionnaire autour des questions environnementales qui nous importent à DCE. Deux d'entre eux nous ont répondu, voici ci dessus leur retour :

Sébastien boyer : 

 

Bonjour Madame,

 

La lecture de votre questionnaire me réconforte et confirme que le programme que nous proposons aux Cloharsienne et aux Cloharsiens pour le prochain mandat municipal est en parfaite adéquation avec vos priorités, je m’en réjouis et j’y répond en toute franchise, vos questions nous permettent de donner du corps à notre projet.

 

1) Le Plan local d’urbanisme intercommunal qui fixe les orientations pour le développement de la commune a été arrêté fin 2019 et va être soumis à enquête publique en 2020. Dans ce PLUI la dénomination des « chemins creux » est abandonnée pour être remplacée par « cheminements doux ». Cela signifie que la circulation automobile va être autorisées dans des chemins creux séculaires, ce qui est proprement scandaleux !!! DCE s’oppose très vivement à cette nouvelle classification et demande la reclassification en chemins creux de tous ces linéaires.

- Vous engagez vous à préserver tous les chemins creux de la commune ?

 

- OUI, et nous voulons aussi les valoriser car ils sont le socle de notre projet « mobilité verte ».

 

- Êtes- vous disposé à amender le PLUI proposé pour faire figurer tous les linéaires de chemin creux, de talus et d’arbres, comme des sections à préserver ?

 

- OUI.

 

- Vous engagez vous à résister aux pressions que les riverains de ces chemins creux et sentiers piétons pourraient faire pour les transformer en itinéraires carrossables ?

 

- OUI, comme précisé à la question précédente, nous souhaitons une mobilité verte. Il y a assez de route à Clohars-Carnoët.

 

- Êtes - vous prêt à chaque dépôt de demande de permis de construire ou d’autorisation d’urbanisme, à informer très clairement les requérants de l’interdiction d’abattage d’arbres, d’arasement de talus et de circulation motorisée ?

 

- OUI, le travail dans la transparence est une de nos lignes de conduite.

 

2) Le sentier côtier connaît et va connaître de nombreuses dégradations dans les prochaines années.

Considérez - vous que ce sentier côtier est un élément fort de qualité de vie sur la commune et de son attractivité touristique et dans ce cadre :

- Vous allez être amené à reculer le tracé du sentier en « prenant » une bande de terre sur les propriétés privées concernées. Vous engagez - vous à utiliser l’ensemble des moyens prévus par les textes y compris les actions en justice en direction des riverains concernés ?

 

  • Notre premier projet est d’établir une cartographie locale de l’impact du changement climatique. Ce projet nous permettra d’établir un plan qui inclura la modification des chantiers côtiers.

Je ne peux pas être absolu sur cette réponse. La gestion devra se faire au cas par cas. Cela dépendra essentiellement de la géographie du terrain et de sa vocation.

Par exemple : user de moyens légaux pour empiéter un champ est une évidence. Exproprier un couple de retraité installé à Kloar depuis toujours me semble éthiquement discutable.

 

- L’Etat se désengageant financièrement, pouvez- vous préciser les solutions que vous envisagez pour financer les travaux de confortement et ou les solutions alternatives lorsqu’ils seront indispensables ?

  • Je compte beaucoup sur notre projet « énergie verte » qui avec le temps nous permettra d’avoir un fond propre pour réinvestir dans les sujets d’écologie.
  • Il y a aussi le budget que nous donnerons à la main des citoyens qui pourra être engagé pour ça.
  • Je m’engage aussi à mettre à disposition des citoyens et des associations des moyens matériels permettant de faire de petits travaux d’embellissement ou d’entretien. Le « faite le vous-même » permettra de combler le manque de moyen de nos collectivités. Il ne se soustraira bien évidement pas au gros travaux ou au travaux attelant à la sécurité qui resteront du ressort de la municipalité.

 

3) La question des mobilités douces est au cœur de vos programmes avec notamment la création de pistes / bandes cyclables. DCE souhaiterait savoir comment vous envisagez la création de pistes cyclables notamment entre Doëlan et le bourg ?

- Ces pistes seront-elles créées sur la voirie existante ?

 

Notre projet mobilité verte se veut essentiellement à travers champ. Le chemin le plus court est bien souvent celui de nos anciens.

Il y a tout un travail de renégociation avec les propriétaires pour le partage des voix douce. Il y a aussi un travail de réappropriation des sentiers communaux.

Si les routes doivent être partagées, elles le seront, mais avec une séparation physique entre route et piste cyclable.

 

- Si c’est le cas où allez- vous déporter la circulation automobile ?

 

L’enjeux de la mobilité verte c’est que les gens laissent progressivement leur voiture de côté. Et c’est particulièrement vrai pour les touristes. Les voitures doivent donc rester le plus possible dans leur garage ou sur des parkings. Les stationnements sont un autre sujet à prendre en compte pour diminuer la circulation. Je dois être en responsabilité pour décider correctement sur quel réaménagement de parking nous devons agir en premier

 

- Vous engagez-vous à ne pas créer de nouvelles routes sur la commune ni à étudier de futurs projets de nouvelles dessertes automobile ?

 

  • OUI. Avec une réserve sur une possible déviation de la route de Quimperlé à celle de Moëlan aux abords de Kéranna pour éviter aux poids-lourds de rouler dans le centre bourg. Là encore je dois être en responsabilité pour lancer une vraie concertation et prendre des décisions adaptées à la réalité des besoins

 

4) Une commune vivante est une commune active. En ce qui concerne le développement économique de la commune :

- Vous engagez -vous à mobiliser les exploitants agricoles de la commune pour développer les circuits courts, l’approvisionnement bio des cantines et un entretien durable des zones agricoles (replantation des haies bocagères, participation à l’entretien des sentiers…)

 

  • OUI, c’est dans notre programme, dans le projet « économie verte ». J’attire votre attention sur le fait que je privilégierai le local au bio, car le bio peut parfois venir de très loin

 

- Allez- vous privilégier le maintien des commerces de proximité en cœur de bourg plutôt que le développement de moyennes / grandes surface en périphérie ?

 

  • OUI, c’est aussi dans notre programme, dans les projets « dynamiser Kloar » et « urbanisme positif »

 

- Accompagnerez -vous les entreprises existantes pour les aider dans la transition écologique ?

- OUI, au travers de nos projets « économie verte » et « Kloar ville verte »

 

- Vous engagez- vous à favoriser une évolution des zones d’activités tenant compte des transitions écologiques et climatiques ?

 

  • OUI. Mais la question se posera quand Kéranna sera réhabilitée est complète

 

- Vous engagez vous à ce que l’exploitation du domaine public maritime (aquaculture, algoculture, éolien maritime…) ne se fasse pas à outrance et que les professionnels de la mer, les habitants et les porteurs d’activités touristiques soient associés aux phases amont ?

 

  • OUI. Notre projet global se base sur l’équilibre entre la préservation et la valorisation.  Je ne vendrai pas mon âme au diable pour une poignée d’Euro, mais je ne tomberai pas non plus dans l’immobilisme.

L’écologie et la concertation citoyenne seront des données incontournables de tout projet

 

5) Un projet touristique est en cours de finalisation sur la friche Capitaine Cook qui semble pour l’instant répondre aux critères tant de création d’activité économique que de respect de l’environnement et du cadre paysager.

- Comment envisagez -vous la concertation avec la population tout au long des phases de finalisation puis de réalisation du projet.

 

  • Le projet n’est pas signé et nous souhaitons revoir à la baisse la quantité proposée aujourd’hui et revoir à la hausse la qualité, le tout dans un respect strict de l’écologie et de la beauté du site

Encore une fois, la concertation sera de mise. Nous nous reposerons beaucoup sur des associations représentatives comme la vôtre pour avancer mais également avec les citoyens. Les réunions de quartiers sont un bon moyen

 

 

Ecologiquement

Sébastien Boyer

 

Maintenant, la réponse de Loïc Prima :

 

 

 

Ci-dessous, la réponse du dernier candidat : 

L'équipe de DCE.

Partager cet article
Repost0

commentaires