Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Association Doëlan-Clohars-Environnement
  • : Protection et valorisation des sites, sentiers, chemins, faune et flore, eaux et mer, patrimoine et cadre de vie à Clohars-Carnoët (29360) contact : asso.dce@gmail.com
  • Contact

Vie de l'association

En cliquant sur les mots et années soulignés ci-dessous vous accédez aux documents :   

> Statuts votés le 28 octobre 2010 (sur le site de l'association) cliquer sur : link

Journal annuel de "DCE" des années :  2000 - 2001 - 2002 - 2003 - 2004 - 2005 -

2006 - 2007 - 2008  - 2009 -  2010  - 2011 -   2012  - 2013

Recherche

Pages

7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 21:54

Doelan-tempete-plisson

 

Encore une tempête à Doëlan. Notre digue doit bien souffrir !!

Cette photo a été prise lors de la dernière tempête par Philippe Plisson : magnifique et impressionnant !

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 16:59

Grande-Vache

Après la décision du Conseil Municipal de mars dernier de ne pas entreprendre les travaux sur le môle de Doëlan en 2013, pour cause de manque de crédits (sic), DCE s'était alarmé et avait tiré la sonnette d'alarme dès cette décision connue en déplorant cet état de fait, et prédisait des dégâts futurs et un coût de remise en état bien supérieur en cas de nouveau coup de tabac sur la digue abimée !   Nous y sommes aujourd'hui !              

Peut-être avons-nous malgré tout été entendus puisque quelques mois plus tard des travaux sur la digue étaient planifiés. C'est bien sûr positif mais tardif ! Et les travaux ne sont qu'annoncés...

Nous avions à l'époque fait un parallèle audacieux entre les investissements nécessaires aux réparations de la digue et à ceux consacrés par la municipalité à la belle médiathèque Badinter : nous n'avions pas complètement tord ! 

Enfin mieux vaut tard que jamais…  

Pour les informations sur les dégâts que la digue vient de subir ces derniers jours, nous vous renvoyons à l'article de Ouest-France du 29 décembre 2013 qui fait le point sur la situation !  

http://www.ouest-france.fr/les-vagues-causent-des-degats-la-digue-de-doelan-1828286

Vigilance et prévision !

L'équipe de la commission DCE « Vie du port de Doëlan »

Partager cet article
Repost0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 08:56
   
De grosses lacunes à Doëlan concernant l'entretien des rives et des abords du port. On ne sait pas où sont passés les services d'entretien municipaux !
Nous craignons pour l'avenir de notre port, alors qu'il est et reste un des principaux atouts de la commune de Clohars-Carnoët et le centre d'intérêt du tourisme des plaisanciers.Sans compter son importance pour les professionnels de la pêche !                                                                                                                              
 
DCE le dit et le répète depuis longtemps : il faut être vigilant car aucune situation n'est acquise, et l'environnement d’un port se dégrade vite. De plus les coûts de remise en état sont en général bien supérieurs à ceux d'un entretien régulier !
 Des exemples que nous avons déjà évoqués ici ou là, mais qui n'ont pas évolués : 
 
- Les murets du Pont-Du (photos 1 et 2)
 
Ils ont été refaits à neuf il y a plusieurs années, et le travail était de qualité. Aujourd'hui ils ne sont pas entretenus, la végétation et le lierre en particulier couvrent une bonne partie des pierres sèches  des deux côtés de la route et aussi des deux côtés des murets. Quant on sait à quelle allure le lierre produit ses ravages sur les murs de pierre (il suffit de regarder ailleurs le résultat) on ne peut qu'être inquiet sur le devenir des parapets du pont !                                                                                 n° 2- Pont-Du
n° 1 - Pont-Du
 
 
 
- Les marches d’escaliers allant à la ria (photo 3)
A plusieurs endroits elles sont recouvertes d’algues et de mousses vertes. C’est glissant et ce n’est pas beau !
n° 3 - Marches RD
 
 
- Les parapets du quai Rive-Gauche (photos 4, 5, 6)
En particulier dans la partie allant du quai Kernabat au phare aval (vert). La végétation y foisonne, le lierre prospère et va même jusqu’à traverser les murets dans leur largeur : pierres descellées, fissures et affaissements se rencontrent à plusieurs endroits. La restauration en ciment grossier faite sur le dessus des murets ne servira à rien, c’est par en dessous que la maladie progresse…           
 
 
                                                  n° 5 - Parapet RG
 
 
n° 4 - Parapet RG
 
n° 6 - Parapet RG
 
 
 
 - Contreforts de la route, entre les parapets et l’estran, quai Kernabat (photos 7 et 8)
Ils sont en principe très beaux et fort bien restaurés. Les pierres sont soient sèches soient jointoyées proprement.
Problème à nouveau : le lierre commence à faire son œuvre destructrice là aussi, et cela est bien dommage, car il serait aisé d’y remédier en le retirant (accès à marée basse) et en rendant au mur sa solidité originale.
n° 7 - Contrefort RGn° 8 - Contrefort RG
 
 
 
 
 
 
 
Nous n’évoquerons pas ici à nouveau l’état préoccupant de la digue du port de Doëlan, qui a fait l’objet d’un article dans le blog le 26 mars 2013 : « avis de tempête sur la Grande-Vache : pas de travaux en 2013 » !
Grande-Vache.jpg
 
 
Nous appelons les riverains et amoureux du port de Doëlan à s’exprimer et à nous faire part d’autres exemples de situations pour lesquelles DCE peut et doit intervenir.
 
DCE
  
 
 
Partager cet article
Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 22:23

Après notre article du 25 mars dernier intitulé « tempête sur la Grande Vache » nous publions la suite du feuilleton, à travers l’article paru dans le Télégramme sur les difficiles relations entre les usagers du port de Doëlan et la Mairie de Clohars-Carnoët.

18 avril 2013 – Le Télégramme

L'Association des pêcheurs plaisanciers des ports de la commune (APPPCC) a tenu son assemblée générale, dimanche matin. Le président, Jean-Pierre Tanguy, avant d'annoncer comme prévu qu'il démissionnait, a qualifié l'année 2012 de difficile : sur 116 adhérents, le noyau dur passe de 94 à 77. Le président s'est interrogé sur cette baisse : « Le passage des mouillages forains en mouillages communaux est-il dissuasif ? ». Le ton est donné.

Si les relations avec le député, Gilbert Le Bris et le vice-président du conseil général, Mickaël Quernez, ont été jugées satisfaisantes par le président, celui-ci qualifie les relations avec la mairie de « difficiles ». Il en veut pour preuve la composition de la commission maritime élargie où les associations sont représentées seulement par un membre du club de foot, en l'occurrence Noël Bourglan. Mais il faut cependant préciser qu'il s'agit d'un ancien pêcheur. « Le maire est le seul à décider au sein de cette commission », affirme Jean-Pierre Tanguy. Après l'adoption du bilan moral à l'unanimité, Jean-Michel Le Stang, le trésorier, a présenté le bilan financier. Le solde est positif, mais les cotisations ne couvrent pas les frais : ce sont les permis bateaux qui « renflouent la caisse ». À signaler aussi qu'un chèque de 1.000 € a été remis à la SNSM. Prenant à son tour la parole, le maire, Jacques Juloux, fait remarquer que les propos tenus par le président « étaient durs et ne reflétaient pas l'état d'esprit des travaux de l'année ». La commission élargie est composée d'élus et des représentants du conseil portuaire, des professionnels, de la Chambre de commerce et des associations. Elle s'est réunie sept fois en 2012 et, dit le maire, d'autres réunions suivront cette année : « Le dialogue continuera », assène-t-il.

Les propos tenus par le président sur les agents territoriaux ont par ailleurs été qualifiés de « désobligeants » par le premier magistrat, qui a défendu « une gestion responsable des ports » en précisant que les décisions sont votées par le conseil municipal. Il a cité par exemple l'avis favorable (avec réserves) donné par les élus pour l'extension à venir du port de Guidel. Il a cité aussi le travail du conseil portuaire, qui a récemment approuvé (à l'unanimité) les tarifs. Enfin, on a évoqué les problèmes que pose le carénage. Une solution sera proposée, testée au préalable : une bâche filtrante permettrait de recueillir les déchets qui seraient ainsi récupérés et traités.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 17:47

PICT2639

Au cours du Conseil portuaire annuel qui s’est tenu Vendredi 22 mars dernier, le maire Jacques Juloux, en présence de son adjoint aux ports Gérard Cottrel, a annoncé que les travaux prévus à Doëlan sur le môle de la « Grande Vache» ne seraient pas réalisés en 2013 (voir article de Ouest-France de Lundi 25).

La raison avancée : « la conjoncture actuelle et le manque de subventions ».

 

Rappelons que le budget de ces travaux indispensables est évalué à 460 000 € et que les tarifs des mouillages ont été récemment augmentés par la Mairie pour « que les usagers du port de Doëlan participent à son entretien »

 

DCE s’inquiète de cette décision, car qui peut penser que la conjoncture va s’améliorer dans un avenir proche, et que les subventions ne vont pas aller en  diminuant en conséquence !

Par contre la météo étant ce qu’elle est et les assauts de la mer ne connaissant pas la crise, on peut penser que le coût des travaux ne fera que croître en 2014 et au delà ! 

 

Pas de chance pour la « Grande Vache » de ne pas être « Médiathè(i)que » 

Proposons de la nommer « môle Badinter » pour peut-être lui sauver la vie !

                                                            

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 22:55

Nous publions un extrait de l'article paru dans Ouest France il y a plusieurs jours.

 

 

Après d'importants travaux, Le Rigolo a retrouvé le plan d'eau du Port Rhu de Douarnenez,. Le temps de faire les finitions et dès que les conditions météo le permettront, le vieux misainier rejoint Doëlan Samedi 28 avril (quai Sanceo à partir de 9:30)

 

Remplacement des préceintes, sous-préceintes, 19 têtes de membrure, les serres de chaque côté, l'étambrai et les fargues (structure entre les deux bords à l'avant du bateau au-dessus du pont), les plats-bords, les estains et l'étambot, le tableau arrière, le pont arrière, la barre, la voile de tape-cul... Ces gros travaux étaient devenus indispensables. Faute de quoi, le misainier aurait rejoint les carcasses des vieilles coques sur une grève quelconque, dans quelques années.

Du sur-mesure

Toutes les pièces sont fabriquées sur mesure, en chêne (sauf la barre qui est en acacia), chacune d'elle ne pouvant être tracée, taillée, poncée qu'après que la précédente soit posée. Quelques modifications de structure ont été faites pour éviter le retour des infiltrations d'eau douce, en particulier sur l'affleurement des têtes de membrure au niveau des plats-bords et dans la cale arrière. L'ensemble des pièces a reçu les traitements préventifs nécessaires à leur longévité.

Mauvaises surprises

Lors des études préliminaires, une partie des travaux ne pouvait être appréhendée. À titre d'exemple, à l'origine, il n'était prévu le changement que de quatre têtes de membrures et non 19 comme il a fallu le faire finalement; de même, seules les préceintes avaient été prévues. Les membres de l'association savaient qu'après démontage, il pourrait y avoir de mauvaises surprises, mais il était impossible de déterminer lesquelles. Ceci explique l'augmentation du coût des travaux au fil du chantier. Avant le retour à Doëlan, il reste à faire quelques travaux de finition (par les bénévoles en principe): lasure des plats-bords, du pont arrière, des bancs, peinture du pont. Ce sera chose faite dans les jours à venir.

Remettre à flot les finances

Au niveau du financement, il manque encore à l'association environ 8.300 € pour boucler le budget. Après les travaux qui ont mobilisé les énergies depuis le début de l'année, les bénévoles vont donner le maximum pour collecter les fonds nécessaires par la souscription publique.

 

DCE vous propose de vous rendre également sur le site :

http://labandedurigolo.free.fr/joomla/index.php

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 15:59

Nous reproduisons ici l'article paru le 26 mars dans Ouest-France 

 

DCE se réjouit de l'arrivée de cette nouvelle vedette, tant attendue, et félicite tous les membres de l'ancien et du  nouvel équipage pour leur courage et les services rendus aux gens de mer.

                                                               ---------------------------

 

 

qm 3406660 5 px 470

 

GMF Plac'h Dolan, Fille de Doëlan, est arrivé samedi à l'heure comme prévu. À 18 h, la nouvelle vedette de la SNSM, a fait son entrée dans le port de Doëlan où l'attendaient les familles des marins. La nouvelle vedette a été convoyée, par dix marins de la SNSM sur les quinze que la société des sauveteurs compte à Doëlan, depuis Carantec qu'elle a quitté vers 9 h du matin.

 

Après un arrêt à Saint-Guénolé en début d'après-midi, le fier bateau est arrivé dans le port de Clohars-Carnoët. Il est passé devant le Capitaine Cook à l'amarre qui a rendu de fiers et loyaux services à la communauté des gens de mer pendant 30 ans. Il avait été construit en 1982. Il aurait déjà dû être remplacé mais il a fait cinq ans de plus. L'ancienne vedette devrait partir à Saint-Malo pour finir ses jours.

 

24 noeuds, 12 mètres

 

Plac'h Dolan est propulsé par deux hélices au lieu d'un jet. Il mesure deux mètres de plus soit 12 m de long. Il peut monter à 24 noeuds, « pour rentrer, notre vitesse était de 18 à 20 noeuds. » Le patron est Rémy Berthou secondé par deux sous-patrons soit trois hommes habilités à le piloter. Marcel Brinquin, président de l'association, qui a été patron du Capitaine Cook, était également à bord. « L'idéal pour partir en mer en mission de sauvetage c'est six hommes à bord, au minimum quatre marins même si c'est juste étant donné la différence de tonnage du bateau. Il est plus confortable et secoue moins. Nous, nous sommes moins trempés. »

 

Le baptême officiel du GMF Plac'h Dolan aura lieu le 12 mai. Samedi était un grand jour pour les marins de la SNSM de Doëlan. Ils attendaient leur nouvelle vedette de sauvetage depuis longtemps. Et ont fait un travail énorme pour arriver à collecter la somme qui leur revient d'acquitter. Tout cela, en restant bénévoles.

 

 

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 22:24

 

  L'équipe de sauveteurs de la SNSM renforcée  
qm 3364236 1 px 470
(photo Ouest France) 

 Nous nous réjouissons de l'arrivée d'une nouvelle recrue à la SNSM : Erwan Lemoing devient membre d'équipage.

Pour Doëlan, pour l'activité maritime du port, pour les missions de sauvetage de la vedette Capitaine Cook c'est une très bonne nouvelle !

 DCE publie un extrait de l'article de Ouest France du 4 février à ce sujet.


" Erwann Lemoing, 38 ans, adjoint au responsable portuaire de Doélan est toujours présent sur les quais doélannais, une présence lui permettant de côtoyer en permanence les équipiers de la vedette SNS 211, Capitaine Cook.
Cette permanence et cette disponibilité intéressent également les sauveteurs doélannais. « Volontaire, je deviens désormais membre de l'équipage SNSM, à part entière, après accord entre la municipalité et la SNSM », souligne Erwann Lemoing " 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 21:01

DCE reproduit ici l'article paru le 12 septembre 2011 dans Le Télégramme sous le titre "Rigolo, saison exceptionnelle pour le misainier"

 

En réponse à l'interrogation de certains doëlannais..., d'ailleurs qu'en pensent t'ils ?

 

 

Le vieux misainier, emblème du port de Doëlan, le Rigolo vient d'effectuer une saison qualifiée d'exceptionnelle par le bureau. Exceptionnelle comme la surprise faite au public des Rias à Trémor et Doëlan qui a découvert un bateau déguisé en vache. Preuve que les bénévoles du vieux gréement ne sont pas à court d'idées pour combattre la morosité ambiante. Et surtout, cette idée était un grand clin d'oeil à la Vache de Brigneau qui a meuglé toute une nuit comme autrefois, grâce à «la boîte à meuh» géante installée sur le bateau. D'autres vaches, créations des adhérents de l'espace jeunes de Moëlan et de Clohars, ont effectué la traversée. Cerise sur le gâteau, du lait donné par un agriculteur cloharsien a été distribué sur les quais à la fin du spectacle.

Des travaux d'entretien

La saison avait débuté par des travaux d'entretien puis des ateliers godille et de navigation. Une fête a été organisée le 9 avril, pour la mise à l'eau avant la participation du bateau à de nombreuses manifestations comme le festival Rêves d'Océans, les Filets Bleus à Concarneau, la Belle Angèle à Pont-Aven, les Goémoniers au Pouldu, les Rias. Des réceptions pour des mariages ont eu lieu à bord. Le nombre d'adhérents progresse, depuis cinq ans il est passé de 90 à 155. Le nombre des sorties cette année est de 37 contre 25 à 30 habituellement. Un skipper et deux équipiers sont présents pour chaque sortie, les nouveaux adhérents sont les bienvenus.

Bateau d'intérêt patrimonial

Mais, surtout, le bateau est depuis peu classé «Bateau d'intérêt patrimonial» par le fonds du patrimoine maritime et fluvial. Il devrait participer à Brest 2012. Dans l'immédiat, le bateau sera partie prenante aux journées du patrimoine (sorties de 11h à 18h, animations musicales et apéro-buffet à 13h les deux jours) avant de gagner, en octobre, le chantier naval de Douarnenez, pour des travaux financés par la souscription lancée à cet effet.

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 15:01
Arrière-port de Doëlan : l'État dit stop aux mouillages sauvages - Clohars-Carnoët

L'avenir de l'arrière-port doëlannais s'est discuté sur le pont Du.</P>

 

 

L'arrière-port de Doëlan est l'objet de beaucoup d'attention. En fin de semaine dernière, l'État, la commune et les pêcheurs plaisanciers de Clohars se sont retrouvés au pont Du pour discuter de l'avenir de ce bout de mer vaseux et enclavé. Un bout de mer dont la gestion va devoir s'éclaircir, a indiqué l'État.

En présence du maire Jacques Juloux, de Gérard Cottrel, son adjoint aux affaires maritimes, et des deux responsables portuaires, un représentant des services de l'État a rappelé que « l'arrière-port doëlannais fait partie du domaine maritime » Il a prévenu : « L'État ne veut plus de mouillages sauvages. Aussi, tous les bateaux en place actuellement seront tôt ou tard verbalisables... »

S'adressant à ses interlocuteurs, il a ajouté que « des solutions peuvent être trouvées » pour éviter d'en arriver là. « Des solutions qui désengageraient l'État, comme la création de mouillages collectifs ou individuels, soit par les responsables portuaires (la commune), soit par une autre association qui gérerait le site. »

Payants ?

Le président des Pêcheurs et plaisanciers, M. Tanguy, a réagi. Il se dit favorable à la préservation du site « mais souhaite que les hivernages soient maintenus. De tradition, le mouillage sur la vase est recommandé pour les bateaux en bois. » L'association ne « désire pas que la municipalité organise les mouillages car ils deviendraient alors payants. Ce qui occasionnerait le paiement en double pour certains propriétaires, la plupart des bateaux ayant déjà un mouillage assuré dans le port de Doëlan ».

Côté municipal, le maire et son adjoint, qui ont déjà fait faire une étude sur la possibilité d'installer des mouillages, ont précisé : « ce sera très difficile à réaliser, ces mouillages ne pourront pas être gratuits. » Les représentants municipaux souhaitent « que d'autres réunions soient organisées pour réfléchir à cette situation ». L'État avisera après.

 

Partager cet article
Repost0