Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Association Doëlan-Clohars-Environnement
  • : Protection et valorisation des sites, sentiers, chemins, faune et flore, eaux et mer, patrimoine et cadre de vie à Clohars-Carnoët (29360) contact : asso.dce@gmail.com
  • Contact

Vie de l'association

En cliquant sur les mots et années soulignés ci-dessous vous accédez aux documents :   

> Statuts votés le 28 octobre 2010 (sur le site de l'association) cliquer sur : link

Journal annuel de "DCE" des années :  2000 - 2001 - 2002 - 2003 - 2004 - 2005 -

2006 - 2007 - 2008  - 2009 -  2010  - 2011 -   2012  - 2013

Recherche

Pages

18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 09:34

Nous publions cet article paru dans le Télégramme, ainsi que la réaction d'un élu de la municipalité d'Arradon (Morbihan) DCE

13/08/2011

 

Goulven Vernois n'a pas l'intention de quitter sa petite maison de Kirion, promise à la destruction, dont il a fait sa résidence principale depuis 2005

 

On y accède par un petit chemin en pente. Une voiture passe mais tout juste. C'est là que Goulven Vernois a décidé de venir habiter à titre principal en 2005. Jusque-là, il était à Vélizy, dans la région parisienne. Le golfe est tout proche. Mais ce n'est pas la proximité avec la mer qui l'a décidé à changer de domicile. C'est la volonté de conserver sa maison, désormais sous le coup d'une possible destruction. Goulven Vernois a 82 ans et il est veuf. Il vit quasiment dans deux pièces, cuisine et bureau chambre. «Mais il n'y a pas de problème, dit-il. J'ai un poêle pour me chauffer et c'est rare ici qu'on ait des hivers très froids». Son ordinateur est allumé en permanence. Sa mémoire, à lui, est quasiment sans faille. Sont rangés sur une étagère tous ses documents concernant son affaire - plusieurs classeurs - et au-dessus de son bureau des idées de brevet qui attendent dans des boîtes. Goulven Vernois, ingénieur, a travaillé au Commissariat à l'énergie atomique dans un service de minéralogie avant de devenir commerçant à Vélizy. «Je venais passer ici les vacances avec mes enfants. Si j'y habite maintenant, c'est pour ne pas être mis dehors».

Rendez-vous des Cap Horniers

Sa maison date de 1882. C'est son arrière-grand-père qui l'a fait construire sur un terre-plein. «Il était marin Cap Hornier». Et comme elle servait de lieu de retrouvailles pour les Cap Hornier de Vannes, il estime qu'«elle fait partie de l'histoire patrimoniale des Cap Horniers». Entre les explications de ses déboires juridiques et l'histoire de sa maison, Goulven Vernois ne perd pas le sens de l'humour. «Mon aïeul, quand il a arrêté le Cap Horn n'en a pas moins continué à naviguer, pour aller chercher son rhum à la Martinique. Il avait ses exigences».

Une maison voisine

L'ancien capitaine des mers du Sud n'était pas en réalité le premier occupant du coin. «Mon arrière-grand-père, raconte Goulven, avait embauché comme marin Joseph Ardeven, un cultivateur qui avait fait mauvaise fortune. Quand Joseph Ardeven a pris sa retraite d'inscrit maritime, il a fait une maison à Kirion et c'est lui, ensuite, qui a demandé à son ancien capitaine de faire de même». Voilà pourquoi Goulven Vernois n'est pas complètement isolé au bord de l'eau à Kirion. L'ancienne petite demeure de Joseph Ardeven est également toujours debout. Elle appartient à Marie-France Joblin-Depalle, qui s'y trouve actuellement avec son époux. Cette maison avait été rachetée par son père qui fut pharmacien à Vannes. Elle servait aux vacances.

Vivre jusqu'à 100 ans

Mais le couple a désormais l'oeil rivé sur le calendrier, car c'est le 31 octobre 2011 que, théoriquement, leur maison doit disparaître. «Pourtant, regrette Marie-France Joblin, la décision de la Cour européenne ne fait pas obligation de démolir, c'est le choix de l'État alors que l'intérêt public n'a jamais été évoqué». Goulven Vernois, lui, a demandé à l'ancien préfet François Philizot d'y habiter jusqu'à ses 100 ans, «l'objectif qu'il se fixe». En attendant, il continue à payer sa redevance de 4.326 € par an, tandis que l'astreinte de 15 € par jour pour occupation sans titre continue depuis 1993 de peser sur sa tête. .

Un élu de la minorité monte au créneau

Gilles Gaultier, en tant qu'élu de la minorité et habitant de Pen Er Men depuis 1971, souhaite s'exprimer sur la menace de destruction touchant quatre maisons côtières arradonnaises. L'une se situe à la Pointe, deux se trouvent à Kerion, et la dernière, avec une tourelle, est proche de chez lui. Par le biais d'un communiqué de presse envoyé jeudi 11août, il veut rendre publique son action: «J'ai rencontré mardi matin le président du conseil général du Morbihan, François Goulard. Ce dernier a passé durant son enfance des vacances à Arradon, du côté de la Pointe. Il est donc attaché à cet endroit. Aussi a-t-il suggéré au préfet Jean-François Savy une solution juridiquement acceptable, permettant de sauvegarder ce patrimoine bâti, en lui donnant un usage public. Ce patrimoine est également d'ordre culturel: n'oublions pas qu'autrefois, la maison de Goulven Vernois était le lieu de réunion des Cap-Horniers vannetais au début du 20e siècle. Trouver une issue positive, voilà ce qui m'importe. Quand on étudie l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'Homme, il n'y a pas d'injonction de démolir ces bâtiments, la cour met simplement l'État français face à ses responsabilités. La destruction de ces maisons me paraît être une décision arbitraire d'une administration déshumanisée et intransigeante. La commune, quant à elle, avait un certain nombre de recours pour amener l'État à revoir ses positions, en négociant fermement avec ses représentants successifs, pour défendre les intérêts de ses habitants. Lors du prochain conseil municipal courant septembre, la minorité soumettra au vote son vœu de conserver et de défendre le patrimoine bâti et culturel d'Arradon. Je pense qu'une réelle mobilisation des élus, ainsi que le soutien de la population, seront les clés pour sortir de cette situation extrême. Au cours de ces semaines, des actions citoyennes sont à privilégier comme notamment celle de l'association des Amis de Pen Er Men, présidée par Nicolas Bourdy, qui organise un rassemblement le samedi 20août devant la maison de Pen Er Men. Le but étant avant tout de préserver cet environnement mis en danger». Le maire, Dominique Mourier, actuellement en congé, n'a pu être contacté.

Partager cet article
Repost0

commentaires