Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Association Doëlan-Clohars-Environnement
  • : Protection et valorisation des sites, sentiers, chemins, faune et flore, eaux et mer, patrimoine et cadre de vie à Clohars-Carnoët (29360) contact : asso.dce@gmail.com
  • Contact

Vie de l'association

En cliquant sur les mots et années soulignés ci-dessous vous accédez aux documents :   

> Statuts votés le 28 octobre 2010 (sur le site de l'association) cliquer sur : link

Journal annuel de "DCE" des années :  2000 - 2001 - 2002 - 2003 - 2004 - 2005 -

2006 - 2007 - 2008  - 2009 -  2010  - 2011 -   2012  - 2013

Recherche

Pages

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 12:20

 

 

 

 

 getatt-4.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  En 1880, la France est le premier, et le seul, pays producteur au monde de conserves de sardines et de thons à l’huile distribuées sur la planète entière. 160 usines échelonnées de Trébeurden au bassin d’Arcachon préparent les poissons bleus, débarqués par 15 000 à 20 000 pêcheurs et travaillés par autant d’ouvrières. Ces femmes travaillent dans des conditions très difficiles, dans le vent et le froid l’hiver, dans des fours l’été ; tous les jours où le poisson arrive et parfois 16 heures d’affilée pour que la précieuse sardine ne s’abîme pas. Les salaires versés sont les plus bas que toute la classe ouvrière perçoit alors en France. Et pourtant les mouvements de revendications des « filles de friteries » sont très rares et jamais organisés. Alors que le premier syndicat composé uniquement d’ouvrières est créé en 1874, pour assister aux premières associations syndicales féminines dans les conserveries de poisson, il faut attendre 1905 où, dans les deux plus grandes cités sardinières du pays, Douarnenez et Concarneau, s’ébauche une organisation structurée pour la défense de leurs intérêts, mais organisation éphémère dans un monde où le syndicalisme reste le privilège des hommes.

 

A Doëlan les conserveries Larzul et Peyron, présentes depuis la deuxième moitié du 19ème siècle emploieront plusieurs cetaines d'ouvrières jusque dans les années 1960. Les usines étaient alimentées en poisson par plus de 30  sardiniers basés à Doëlan, avec leurs 300 marins.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Doëlan, lundi 13 février 2012 à 22 h<br /> <br /> Bonsoir,<br /> Je découvre l'annonce de cet article de DCE et viens de le lire.<br /> Bravo et merci. C'est important de raconter cette histoire des sardineries et des gens qui y ont travaillé.<br /> <br /> Mais alors, s'il vous plait, soyez cohérents : essayer de convaincre notre Maire M. Jacques Juloux, qu'il doit agir d'urgence pour éviter la destruction totale des traces de cette histoire à<br /> Doëlan.<br /> <br /> On peut comprendre qu'il ait le souci des emplois, de l'attractivité de la commune mais ... il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain.<br /> Faire "table rase" du site de l'ex-conserverie est une erreur ... qui aura des conséquences de diverses natures.<br /> <br /> Ce n'était apparemment pas son intention au départ(à notre Maire) de "zapper" ce patrimoine (du moins je veux le croire) mais ...<br /> <br /> Amis de DCE, jouez votre rôle de façon positive, constructive.<br /> <br /> Toute ma reconnaissance d'avance pour les efforts qui seront faits en plaidant la "bonne cause" !<br /> <br /> Evelyne Dumont
Répondre